Le Site de Béatrice et Gilles BATAILLE-WINTERHALTER

Accueil

 

PROCES D'UN ANCETRE

(Pour servir aux recherches dans la vallée de Munster)

Thiébault FLEIG est né aux alentours de 1750, Jungholtz ou Muhlbach ? nous n'avons pas encore trouvé.
Il s'est marié vers 1792 avec MARTIN Marie Barbe, il a eu 6 enfants entre 1792 et 1802. Il est décédé à Munster le 7 décembre 1838. Son père est Jean FLEIG, sa mère Anne Marie ROBERTin sa sœur Catherine FLEIG et son beau frère Nicolas FAHR.

 

Jugement du 7 septembre 1772.(contient 17 pages) (ADHR 1 B 667) Parties du procès en transcription littérale.

 

"Vu par nous procureur général de Roy le procès extraordinairement instruit au magistrat de Munster à la requète du procureur fiscal de dit siège. Demandant contre Nicolas FAHR, Thiébault FLEIG, Anne Marie ROBERTin femme de Jean FLEIG, Catherine FLEIG femme de Nicolas FAHR, Joseph FRÖLICH, Nicolas BROBECKER, Jean-Baptiste VOGEL, Bartholomy BIQUEL, Françoise PFIFFELMANN sa femme, Catherine STEIN, André STÖER, Jean JAEGLE accusés tout considéré."

...

"Le dit Jean FLEIG a eut connaissance de sortie nocturne que son fils Thiébaut FLEIG et Nicolas FAHR, son gendre, ont fait le dix sept janvier dernier ainsy que du vol qu'ils ont fait à Zimmerbach entre la dite nuit, de l'avoir reçu dans sa maison et d'en avoir mangé et proffité, comme aussy d'avoir souffert que son dit fils porte un pistolet de poche de jour et de nuit et d'être fortement susputé d'avoir autorisé ses sorties nocturnes et vols de son dit fils, comme aussy d'avoir été en la compagnie de ceux qui sur la fin du mois d'avril de l'année dernière, avaient volés un porc au canton dit Liechterswald, et d'avoir caché dans sa cave les ferments d'une roüe volée à Jean MITSCHY du dit Munster, d'être aussy generalement susputé d'avoir été en sosiété, il y a huit à neuf ans, avec un voleur de foire nommé Jean SCHWAB, et d'avoir couru luy même les foires et volé à l'un d'jcelle tenue à Selestatt avec Anne Marie ROBERTin sa femme une espèce de flanelle rouge à fleurs noires et cinq chapeaux dont il a ensuite revendu quatre au Neuf Brisach; et la dite Catherine DIETRICH de s'être rendue le trois juillet de l'année dernière au canton dit le Petit Ballon, et d'en avoir rapporté avec Catherine FLEIG, femme de Nicolas FAHR, aussy accusé, la chaire d'un veau, que son dit mary et Nicolas FAHR avaient volés la nuit précédente au canton dit Laudepachthal, et de l'avoir partagé en sa propre maison en deux parts  et portions, dont elle a gardé l'une et remis l'autre à la dite Catherine FLEIG comme aussy de s'être évadée de prison de la ville du dit Münster, le trente et un du mois de may dernier, et d'être soupsonnée d'avoir eu en sa maison de la chaire de porc, provenante de celle que son mary avait aidé à voler au nommé Thiébaut JÄGLE de Metzeral, au canton dit Liechterswald; comme aussy une partie de d'otils (?) et linges que son mary est soupsonné avoir aidé a voler, le huit octobre dernier à la nommée Anne Marie SENN de Stoswÿhr."

...

" Le nomé Nicolas FAHR du dit Munster a été déclaré dument atteint et convaincu d'avoir pendant la nuit du deux au trois juillet de l'année dernière volé avec Joseph FRÖLICH aussy du dit Münster, un veau au nommé Paul HOFFER de Wasserbourg au canton du dit Laudspachthaal et pendant celle du dix sept au dix huit janvier dernier un porc gras à Jacques MEYER, de Zimmerbach, après avoir tenté d'en voler un au village de Walbach, étant accompagné de Thiébaut FLEIG, et munis tous deux de fusils chargés à plomb, comme aussy huit à neuf boiseaux de pommes de terre sur la fin du mois de juin de l'année dernière, à la nommée Catherine KECK, hors d'une fosse ou elle les conservait sur un champ du territoire de Lautenbach, et pendant l'automne dernier un madrier aux entrepreneurs des bois de Lorraine au dit Munster, et une pièce de charpente au nommé Jean LAMEY d'Esbach, de même que des feves vertes pendant l'été de l'année dernière, dans un jardin au canton du dit petit ballon; d'avoir coupé et emporté des bois de cercles en différentes fois pendant l'authomne et l'hiver derniers des forets appartenantes à la Seignerie de Ribeaupierre et à la Communauté de Wasserbourg, et d'avoir battu et exédé de coups de tricot un garde champètre qui l'avait précédement repris et enfin d'avoir eu en sa maison onze prises de meubles, de lits, et linges, dont la nommée Anne Marie SENNE en a reconnu six pour luy appartenir et qui lui ont été volés pendant la nuit du septe au huit octobre dernier, de même qu'un crepe de huit aulnes d'Allemagne de long, sur trois quards de large trouvés aussy en sa maison, et d'être fortement susputé d'avoir volé ces effets luy même; d'être également susputé d'avoir volé sur la fin du mois d'octobre dernier, une roüe de chariot au nommé Jean MITSCHY de la ville du dit Münster de l'avoir brisé et mis en pièces, détaché les ferrements, une partie desquelle il a employé a faire ferrée une petite roüe de charrette à bras, d'avoir aussy eut dans sa maison de la chaire d'un porc volé vers la fin du mois d'aouht de l'année dernière 1771 à Thiébaut JÄGLIN de Metzeral, et d'être également susputé d'avoir volé le porc luy même, d'être également susputé d'avoir volé et apporté en sa maison un veau ou une autre pièce de bétail, après une sortie nocturne, qu'il a fait le douze décembre dernier, de l'avoir découpé pendant la nuit suivante et porté en sa cave. Comme aussy d'avoir volé le douze janvier dernier des fagots au nommé Nicolas Martin THIERY et des panais au nommé Grégoire HUMEL, tous deux de la ville de Münster, d'être en outre fortement susputé d'avoir commis un grand nombre de vols et autres mauvaises actions non seulement depuis qu'il en établi au dit Munster mais même auparavant d'avoir voulu engager d'autres a aller voler avec luy, en differents endroits et même attaquer et voler les passants sur le grand chemin.né pendant la nuit du dix sept au dix huit janvier dernier le dit Nicolas FAHR, étant l'un et l'autre armés de fusils chargés à plomb et de s'être rendu au village de Walbach, ou le dit FAHR a tenté de voler un porc, et qu'aiant échoüés il se sont rendus à Zimmerbach, ou le dit FAHR en a volé un a Jacques MEYER, et lequel ils ont ensuite assomé en chemin et portés en la maison qu'ils habitent au dit Münster, et ou il a été extrouedé (?), découpé et mangé en partie; comme aussy d'avoir volé pendant la nuit du sept au huit février dernier dix a douze boisseaux de pommes de terre au nommé Joseph BETZLE du dit Münster, hors d'une fosse qu'il a ouvert aussy nuitamment au canton dit Dubach; d'être monté pendant l'automne dernier sur un arbre noyer appartenant à la veuveThiébaut MITSCHY du dit Münster et d'en avoir abbatu les noix avec une espèce de perche et lesquelles il a emporté. Comme aussy d'avoir coupé et emporté à differentes reprises des bois dicercles (?) dans les forêts de Wasserbourg, appartenantes à la Seigneurie de Ribeaupierre et à la dite communauté ainsi que dans la forêt de Schwartzenbourg, appartenant à l'Abbaye de Münster, pour le vendre, et d'avoir été habitué de porter un pistolet de poche de jour et de nuit, et d'avoir menacé de tuer avec la dite arme, d'être en outre susputé d'être sortis avec Nicolas FAHR, pendant la nuit du douze au treize décembre dernier et d'avoir volé et apporté à la maison avant le jour un veau, ou un autre animal qui a été dépouillé et découpé la nuit suivante et les pièces portées en la cave, d'être pareillement susputé d'avoir volé nuitamment au nommé Grégoire HUMEL du dit Münster au commancement du mois de février dernier des panais qu'il concervait dans un cofre au canton dit Klebach."

...

"Les nommés Anne Marie ROBERTine, femme de Jean FLEIG, Catherine FLEIG, femme de Nicolas FAHR, Joseph FRÖLICH, du dit Münster et Nicolas BROBECKER, de Sultzeren, ont été déclarés de même atteints et convaincus, savoir : la dite Anne Marie ROBERTine d'avoir sur la sortie nocturne que son dit Thiébaut FLEIG et Nicolas FAHR son gendre au fait le 17 janvier dernier étant l'un et l'autre armés de fusils chargés à plomb et d'avoir vue et süe q'ils ont apportés le lendemain avant le jour en entrant à la maison par une porte de derrière un porc qu'ils avaient volés à Jacques MEYER, à Zimmerbach, d'avoir de suite fait chauffer de l'eau pour léchauder, d'en avoir netoyé les tripailles elle même, et participée au vol, en fait en cuire une partie de cette viande, dont elle a mangé ainsy que tous ceux de sa maison et d'avoir aussy sûe que Nicolas FAHR, son gendre a apporté pendant l'automne dernier à sa femme Catherine FLEIG, des meubles, des lits et linges, qu'elle savait aussy ne pas avoir bon droit et dites avoir ensuite caché sous un mur à sec dans son jardin au canton dit Solberg (?), comme aussy d'avoir été cherché le huit février dernier et avant le jour les souliers de son fils Thiébaut FLEIG qu'il avait laissé en arrière lorsqu'il a été poursuivit après le vol des pommes de terre, qu'il a fait au nommé Joseph BETZLE, d'être très fortement susputé non seulement d'avoir autorisé la sortie nocturne de son dit fils lors de ce vol, ainsy que toutes les autres qu'ils a faites, même de l'avoir accompagné et aider a voler les dites pommes de terre et engagée à faire d'autre vols. D'être soupçonné d'avoir envoyé lors de ses courses différents effets volés à sa fille Catherine FLEIG pendant l'été dernier contenus dans un paquet qu'elle luy a adressée, d'être aussy généralement susputé d'avoir été en société il y a environs huit ou neuf ans avec un voleur de foire et volé à l'une tenue à Sélestatt en ce lieu et conjointement avec Jean FLEIG son mary une pièce de flanelle rouge à fleurs noires et cinq chapeaux. Catherine FLEIG d'être allée le trois juillet de l'année dernière avec Catherine DIETRICH femme de Joseph FRÖLICH sur la montagne appellé le petit ballon et d'en avoir rapportée avec le dite DIETRICH la chaire d'un veau que son mary Nicolas FAHR et le dit Joseph FRÖLICH avaient volé la nuit précédente, d'avoir eue connaissance que son dit mary et Thiébaut FLEIG son frère sont sortis armés pendant la nuit du dix sept au dix huit janvier dernier et d'avoir également sue et vue qu'il ont rapportés le lendemain avant le jour un porc qu'ils avaient volés à Jacques MEYER de Zimmerbach, lequel a été découpé dans sa maison et dont elle a proffitée et mangée , d'avoir eut en son armoire onze pièces de meubles de lits et linges que son mary a apporté et dont la nommée Anne Marie SENNE a reconnue six pièces pour luy avoir été volés pendants la nuit de sept au huit octobre dernier, et lesquels ont été ensuite tirés de son dit armoire de son su et consentement par sa mère Anne Marie ROBERTine, pour le metre dans son jardin au canton dit Solberg (?), d'avoir aussy eut dans sa maison un crêpe de huit aulnes d'Allemagne de long sur trois quar de large réclamé par la dite SENNE a qui il doit avoir été volé pendant la dite nuit, d'etre susputé d'avoir eu en sa dite maison sur la fin du mois d'avant de l'année dernière de la chaire de porc qui a disparu après la publication du vol, d'un porc pris en ce tours au nommé Thiébaut JÄGLE de Metzeral, comme aussy d'avoir reçue dans un paquet que sa mère luy a envoyé pendant l'été de l'année dernière différents effets soupconnés d'avoir été volés par la dite mère; le dit Joseph FRÖLICH, d'avoir volé au canton dit Laudpachthaal, pendant la nuit du deux au trois juillet dernier un veau appartenant à Paul HOFFER de Wasserbourg avec le dit Nicolas FAHR, de l'avoir fait porté en sa maison par Catherine DIETRICH en leur commandant de le partager en deux parts et portions égales et d'en reserver une, comme aussy d'avoir formé dans sa prison un espece de billet en collant des caractères imprimés qu'il a découpé de differents feuillets arrachés d'un livre de prières pour renvoyer à sa femme avant son évasion des prisons de cette ville à l'effet de linduire a rester ferme dans ses dénigrations et a soutenir qu'elle a gardé la chaire du veau qu'elle a apportée en sa maison du dit canton Laudpachthaal,  d'être en outre susputée d'avoir eu en sa maison de la chaire d'un porc, qu'il a été soupçonné avoir aidé à voler au nommé Thiébaut JÄGLE de Metzeral au canton dit Liechterswald sur la fin du mois d'aouht de l'année dernière, de même que des meubles, linges et provisions de bouche qu'il a été partielement soupçonné d'avoir aidé a voler a la nommée Anne Marie SENN pendant la nuit du sept au huit octobre dernier, d'être aussy très fortement susputé d'avoir volé pendant l'été de l'année dernière des feves vertes dans un jardin en allant avec le nommé Nicolas FAHR, au canton dit le petit ballon et le dit Nicolas  BROBECKER, a été déclaré dument atteint et convaincu d'avoir volé pendant la nuit du dix neuf au vingt septembre dernier des panais dans un jardin appartenant à Mathias BROBECKER de Sultzeren, comme aussy pendant l'automne dernier un morceau de bois d'etre ajusté pour un traineau qu'il a d'abord caché dans une haie et ensuite au grenier, et lequel il a été obligé de rendre après avoir néantmoins nié de l'avoir pris, comme aussy d'etre habitué à courir nuitament le village de Sultzeren et aux environs avec un sac aiant un chapeau rogné sur la tête et d'être très fortement susputé d'avoir un  moment avant le vol des panais qu'il a fait , dressé une échelle contre la maison de Jean STÖHR du dit Sultzeren, pour monter dans un appartement et d'en etre descendu à l'approche du dit STÖHR, d'etre aussy entré nuitament pendant l'automne dernier en la remise et ecurie appartement à Jean KEMPF du dit lieu, et de luy avoir emporté une botte de chanvre, d'etre également susputé d'être entré il y a environ quinze mois en la maison et cuisine du nommé Jean STÖHR du Sultzeren, vers onze heures du soir pour voler et d'avoir laissé en fuyant dans la grange de la dite maison des sabots qui ont étés reconnus lui appartenir..."

...

"Condamne le dit Nicolas FAHR et Thiébauld FLEIG a etre conduit sur les galères du roy pour y servir comme forcat, le dit FAHR à perpetuité et le dit FLEIG pendant six ans, iceux préalablement marqués des trois lettres G.A.L... (galère ?).

Catherine FLEIG ET Anne Marie ROBERTine a etre appliquées en carcan sur la place publique de la ville de Munster, pendant une heure, ensuite fustigées nues de verges par l'éxecuteur de la haute justice dans les carrefours et lieux accoutummés du dit Munster, à l'une d'iceux flétries et marquées sur l'épaule d'extre de la lettre V ce fait bannies hors le ressort du conseil pendant neuf ans.

 Le dit Joseph FRÖLICH à etre pareillement appliqué au carcan pendant une heure flétri et marqué sur l'épaule d'extre de la lettre V et banni hors le ressort du conseil pendant neuf ans.

 Condamne Nicolas BROBECKER au bannissement hors le ressort du conseil pendant trois ans.

Le dit Jeanbaptiste VOGEL a été banni pour trois ans de cette ville."

Les dit Bartholomé BIQUET et Françoise PFILLMANN sa femme de la ville de Munster, André STÖR et Catherine STÖR femme de Nicolas BROBECKER de Sultzeren et Jean JÄGLE de Stoswyr de l'assuration à eux imposé sans dépens néantmoins, ordonne que les sacs de pommes de terre, viande de porc, ainsi que les effets et ferrements de roüe déposés au greffe de la ville du dit Münster, serons remis aux propriétaires qui les repererons.Le conseil, prononcant sur l'appel en ce qui concerne Bartholomé BIQUET, Françoise PFIFFELMANN, Jean JÄGLE, André STÖR et Catherine STÖR, a mis et met l'appellation au néant ordonne que ce dont a été appellé sortira à leur égard son plein et entier effet."

...

 Fait à Colmar en la Seconde Chambre du Conseil Souverain d'Alsace, le sept septembre mil sept cent soixante et douze.